A2DBA

Association pour le Développement Durable du Bassin d’Arcachon

Accueil > A lire, à voir > L’Eau en Partage

L’Eau en Partage

dimanche 22 mars 2009, par Gérard Ruiz

A la suite de la journée organisée par le SIBA le 12 mars dernier, sur le thème de l’eau en partage, plusieurs d’entre nous ont pu suivre les différents ateliers proposés au cours de la journée.

Parmi ceux-ci , il en fût un particulièrement intéressant sur le thème de la consommation d’eau potable en Gironde.
 
Chaque année au début de la saison d’été , les pouvoirs publics nous rappellent la nécessité d’économiser l’eau dans le département, car les nappes phréatiques n’arrivent pas à se reconstituer.
 
Beaucoup d’entre nous restent persuadés que ce ne sont pas nos petits gestes au quotidien qui vont permettre de résoudre le problème .
 
Bien sur l’arrosage agricole, les usages industriels sont de gros consommateurs d’eau.
 
Mais nous mêmes, sommes nous si peu responsables du déficit constaté chaque année ?
 
Au cours de cet atelier, la présentation faite par la représentante du syndicat mixte d’études pour la gestion de la ressource en eau de la Gironde (SMEGREG) sur la consommation d’eau potable prélevée dans les nappes profondes de notre sous sol, s’est révélée particulièrement instructive à cet égard et a permis aux participants de prendre conscience du rôle et de la responsabilité de chacun d’entre nous dans la recherche de l’économie de ce bien si précieux que constitue la ressource en eau issue de ces nappes profondes. L’objectif est de parvenir à économiser, au cours des cinq prochaines années, 15 Millions de M3 sur les 120millions de M3 prélevés dans les nappes profondes pour notre consommation.
 
Les deux documents ci-joints , qui m’ont été aimablement fournis par le SMEGREG, l’un issu de la présentation publique faite par la représentante du SMEGREG lors de la journée organisée par le SIBA, l’autre plus complet sous la forme d’une note de travail quoique parfaitement abordable, illustrent combien nous ne pouvons pas être indifférents en tant que principaux utilisateurs à ce problème. En particulier, à partir d’enquêtes détaillées et rigoureuses auprès des utilisateurs girondins, il est démontré que l’usage majoritaire de l’eau potable est lié à la consommation domestique et plus précisément dans les WC, douches et lavabos.
 
A la lecture de ces deux documents , nous ne pouvons donc plus ignorer que nous sommes tous engagés dans la gestion économe de ce bien qui tend à devenir préoccupante à l’échelle mondiale.
 
Pour les plus courageux ou les plus intéressés par le sujet, il est également possible de se rendre sur le site du SMEGREG pour trouver toutes les informations relatives à la consommation de l’eau dans le département de la Gironde.
 
Bonne lecture.

Voir en ligne : Site du SMEGREG

Messages

  • j’ai assisté à la soirée sur l’eau en partage et j’ai trouvé ainsi que beaucoup de participants, cette soirée trés constuctive avec des exposés très complets.mais on dit qu’il faut économiser l’eau,c’est tout à juste,alors pourquoi les exploitants d’eau comme véolia par exemple mais de nouveau en place les compteurs dit vert pour l’arrosage des pelouses ou bien pour laver les véhicules ou à d’autres fin.je peux dire que ces consommateurs n’économisent pas l’eau,bien au contraire.il arrive même que l’arrosage reste en route presque toute l’année car ils n’habitent pas sur place.il y a beaucoup d’exemples. ces compagnies pourraient par exemple ouvrir les compteurs q’une partie de l’année, de juin à septembre.
    ensuite il y a les golfs souvent très peu fréquentés et là quelle consommation d’eau,pour des hectares innoccupés.inoui.et les douches et les robinets en front de mer qui restent ouverts et les arrosages sur puit forés qui restent en fonction des heures et des heures entières.je cite ses exemples mais il doit y en avoir d’autres.il vas falloir que les habitants de cette planète prennent conscience de faire attention à tout.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.