A2DBA

Association pour le Développement Durable du Bassin d’Arcachon

Accueil > Evénements > Réunion du 8 Mars 2010 avec le COBARTEC

Réunion du 8 Mars 2010 avec le COBARTEC

mardi 23 mars 2010, par Gérard Ruiz

Le Conseil d’administration avait convié le COBARTEC pour venir parler du schéma régional des infrastructures de transport (SRIT) avec les membres de l’association .

Cette réunion s’est tenue en lieu et place du Conseil d’Administration mensuel , en présence d’une vingtaine d’adhérents.

Il convient tout d’abord de remercier les représentants du COBARTEC, venus en nombre pour nous présenter l’action de leur collectif en faveur de déplacements alternatifs au tout voiture, en prévision de la forte croissance de la population du Bassin.

Le président DUHART nous a d’abord rappelé les objectifs poursuivis par le COBARTEC en faveur de l’amélioration de la desserte en train du Bassin et l’action menée pour l’augmentation du nombre de TER, leur cadencement et l’ouverture des gares du Teich et de Marcheprime. _ Ouverture qu’il a contribué à obtenir dans le passé.

Il réaffirme la priorité donnée aux transport collectifs et à l’amélioration des services aux usagers.

En particulier la possibilité de disposer d’espaces multimodaux dans les gares, pour l’usage du vélo en continuité du train pour les dessertes régionales, ainsi que le renforcement du contrôle dans les trains, certains TER n’ayant pas de personnel d’accompagnement voyageurs à bord, ce qui peut poser des problèmes en cas d’incident.

Il a également milité lors de la préparation du PDU de la COBAS, en faveur d’une intégration du réseau ferré avec les bus Baïa, pour un tarif unique. Il sollicite à présent l’extension du réseau sur l’agglomération et l’intégration des bus électriques EHO.
Enfin dans le cadre de l’élaboration du ScoT du Bassin et du Val de l’Eyre et la préparation de l’Agenda 21 ,il défend l’approche d’une mobilité multiple à l’échelle du Bassin, intégrant la desserte des communes du Nord Bassin en transports collectifs pour répondre à la saturation des routes départementales RD3 et 106.

Il est contre la priorité pour un contournement routier du Nord Bassin et propose une solution de Transports Collectifs sous la forme d’un Tram train.

G.ETCHESSAHAR a présenté sous la forme d’un diaporama particulièrement convainquant , le projet de tram train pour le Bassin entre Lège et Arcachon via Facture, dans un premier temps, avec prolongement possible d’une branche Facture Belin à terme, projet sur lequel l’association travaille depuis de longues années, et qui a été soumis aux élus du Bassin avec un intérêt variable de leur part.

Ce projet particulièrement souple d’utilisation , tram en zone urbaine et train en dehors, pourra se glisser facilement dans la circulation des TER et améliorer ainsi desserte, rythme des passages et qualité du service de transport collectif sur l’ensemble du pourtour du Bassin.
Il nécessite peu d’infrastructures, puisque sur le sud bassin , il peut utiliser la voie ferrée entre Facture et Arcachon et pour la partie nord, il dispose de la plateforme de l’ancienne voie ferrée sur laquelle a été réalisée la piste cyclable.
Le représentant du COBARTEC précise que cela ne menace pas l’existence de cette piste puisque la plateforme est assez large pour permettre la proximité des deux.
Quant à la question de la voie unique avec croisement dans une ou deux gares, il semble que la technique actuelle permette un fonctionnement totalement sécurisé des croisements sans altérer le cadencement du Tram train..
Le COBARTEC est allé jusqu’à évaluer le coût de cette réalisation en se rendant dans diverses villes pour se renseigner auprès des services qui ont mis en place de tels projets . Il chiffre ce coût à 110-120 millions Euros, infrastructures et matériels compris, ce qui en fait le projet d’infrastructure de transport le moins cher comparé à des solutions telles qu’un réseau de bus en site propre ou une solution entièrement routière.

A l’issue de cette présentation particulièrement intéressante, les membres présents ont posé de nombreuses questions sur la cohabitation avec la piste cyclable, la sécurité liée à la circulation en zone urbaine, le caractère écologique de ce mode de déplacement, la desserte des points d’arrêt par des moyens de transport collectifs, la réalité du coût estimé ou encore la possibilité qu’un tel projet voit le jour rapidement , puisqu’il ne figure pas à l’actuel SRIT aquitain.

De nombreuses précisions ont été fournies à la suite de ces interrogations, qui ont mis en avant le sérieux avec lequel le COBARTEC a traité ce dossier, même s’il doit faire l’objet d’une étude plus poussée par des services spécialisés de la Région et des collectivités concernées.
Mais il est apparu à l’ensemble des participants à la réunion que le projet de tram-train n’avait rien d’utopique et qu’il revenait à présent aux élus de s’en emparer pour le porter auprès des instances concernées de façon à le mettre en œuvre, avant que la croissance de la population du Bassin ne rende toute solution de déplacement particulièrement coûteuse à la collectivité et aux habitants.

C’est pourquoi, les responsables du COBARTEC souhaitent partager ce dossier avec d’autres associations qui oeuvrent également pour le développement durable et pour un accroissement de la mobilité sous une forme alternative à la voiture particulière, pour le porter au plan politique.

Le COBARTEC a d’ailleurs, dans le cadre des élections régionales, interrogé toutes les têtes de liste candidates à ces élections pour connaître leur position sur les modes de déplacements dans la région et les solutions qu’elles envisagent. La presse locale doit se faire l’écho des résultats de cette enquête.

Pour notre part, il a été convenu d’aborder ce point lors de notre prochaine assemblée générale.

les documents joints nous ont été fournis par le COBARTEC

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.